Non, il ne sera pas question ici du divin marquis. Par contre, le personnage est tout aussi haut en couleur, couleurs aussi belles que les flammes de l'enfer ! Aleister Crowely, célèbre occultiste anglais du début XXe, poète décadent, traducteur de Baudelaire, alpiniste, n'en demeurait pas moins grand buveur d'absinthe et fin gourmet. La magie lui avait donné le goût des potions, ses penchants naturels à la débauche et à la bonne chaire se chargèrent de l'amener sur la voie du cocktail. Florilège mixologique de celui qui fut considéré par Churchill comme « l'homme le plus malfaisant du monde ».

 

L'Emeraude : Chartreuse verthe, crème de menthe et absinthe (laissez votre intuition trouvez les justes proportions).

Avant un repas frugal - « des huitres, de la tortue verte claire, du pompano en papillote, du canard sauvage au sang avec une salade de cœur de palmier, de la bavaroise au chocolat », Simon Iff – protagoniste de ses nouvelles policières - absorbe un pousse-café redoutable – disons Le Laudanum - composé de deux cuillères à thé de brandy (10cl), d'une de Curaçao et d'une de laudanum !

Le Crowley Cup n°3 (du nom de son inventeur) : Prenez une cruche, la plus grande possible ; la remplir pour moitié de fraises choisies ; recouvrir les fruits de Grand Marnier Cordon rouge ; glacer ; ajouter du champagne frappé, le meilleur qu'il soit. (…) Une boisson basique, inoffensive et saine de surcroît. »

 

Old_Crowley

 

Hilarion Café

2 pêches en quartiers

¼ de pinte (0,125 l) de Chartreuse jaune

1 pinte (0,5 l) de vin de Moselle

1 pinte de Perrier

Placer les pêches dans une cruche. Couvrir avec un peu de sucre. Remplir le pot de glace. Ajouter les autres ingrédients.. et nunc est bibendum !